L'Art est un DON
Le DON est un Art
 
 
HUMANENCE est une association
reconnue d'intérêt général
 
Humanence
Claire LANDAIS
 
 
 
ENREGISTREZ-VOUS & RESTEZ INFORMÉ
 

BIOGRAPHIE



VEILLEUSE DE LIEUX


  Veiller cette multitude de présences qui palpitent à la lisière des mondes...


 Me glissant entre terre et mer
 j'écoute le chant
 du grand peuple des silencieux

Claire Landais développe un nouveau type d'art in-situ en travaillant sur des « lieux portes », lieux de nature, musées, architectures

anciennes, laboratoires scientifiques... Elle prend le temps d'éprouver une terre. Elle vit sur place, rencontre une cascade,

s'approche d'une plante, salue une pierre... Elle recueille, derrière les formes, les murmures des éléments, les mémoires et l'imaginaire des mondes.

L'archaïque, les fulgurances, les impressions directes animent ses créations. Elle tisse les mots, les contes, façonne l'argile et les matériaux trouvés sur place. Elle s'accompagne du feu et du vent, afin de faire résonner dans ses oeuvres son expérience et les

confidences de ce qui l'entoure. Son travail prend forme dans des traces, des installations, l'édition, des expositions, des spectacles.

Claire Landais est plasticienne, auteur et conteuse.
A la lisière de la poésie, des sciences et des anciennes traditions, ses recherches tendent à accueillir et saluer un espace relationnel

entre les règnes, les éléments et l'être humain. Ses chemins sont une invitation à se revivifier dans l'infinie complexité

de la matière du monde.

 Couchée sur la falaise
 un vieux dragon de pierre
 me conte l'origine



CLAIRE LANDAIS - VEILLEUSE DE LIEUX
Maud Maffei (artiste et docteur en histoire de l'art) en dialogue avec Claire Landais

 

J'ai d'avantage le sentiment de vivre
une expérience que de faire un tableau.
Cy Twombly

 

 

Claire Landaistravaille sur la lisière où jaillissent les images, là où précisément lenon-temps rejoint la matière. Elle s'attache à relier l'impalpable avec laforme en se concentrant sur l'inframince,cet espace limite où l'on ressent, où l'on perçoit.   Elle aime à rappeler que le mot Art vient de l'indo européen rtam qui adonné ritus en latin, rituel et articulation en français. Si l'étymologieenracine l'art et l'artiste dans une articulation, elle propose que cela soitpour ouvrir un espace d'approche et d'unification.


Claire Landaisdéveloppe un nouveau type d'art in-situen travaillant sur ce qu'elle appelle des « lieux portes », desespaces chargés d'une force singulière et d'une mémoire originelle, lieux denature, œuvres d'art ou architectures anciennes. Elle a travaillé à St Guilhem-le-Désertsur le chemin de St Jacques, sur le labyrinthe médiéval de Bayeux, à Daulachinadans l'Himalaya, sur la colline de Dieulefit dans la Drôme, à Yakushima une îleà l'extrême sud du Japon... Elle explore ces lieux avec ses cinq sens et lesquestionne en utilisant toutes sortes de matériaux qui deviennent lesréceptacles et les révélateurs de la traversée vivante qu'elle a vécue. Durantune résidence au Musée National d'Art Asiatique Guimet, au mois d'août 2017,elle a pu vivre auprès des œuvres de jour et de nuit. En octobre 2017, elle atémoigné de son expérience par un chemin de 33 haïkus exposés près des œuvresdans le musée.

 

Ses performancesin situ, ses installations, ses bols tournés dans la main, ses poèmes éclairs,ses rituels poétiques, ses narrations, ses signes colorés peints sur desenveloppes, ses sculptures, sont autant de traces qui captent la fluiditécontenue dans la matière, des empreintes minimales qui rendent compte de sesrencontres derrière le réel, faisant penser à ce que Giuseppe Penone a pudévelopper dans son œuvre avec notamment son Souffle (Soffio, 1968) enterre cuite ou encore ses œuvres d'empreintes de la main sur des arbres enpleine croissance (Continuerà a cresceretranne in quel punto, 1968).

ClaireLandais se présente comme une « veilleuse de lieux ». Veiller un lieuc'est pour elle, vivre consciemment son travail artistique en contact profondavec les paysages, attendre et accueillir les rencontres avec ce qui traverse le minéral, le végétal?. C'est setisser à la nature, expérimenter sonmode cyclique, ses étapes detransformations, ses métamorphoses, son intelligence et au-delà des mémoires,sa part vibratoire, son origine. C'estcélébrer l'espace d'une possible reconnaissance entre certains règnes ouéléments et l'humain. Comme Kenneth White, fondateur de la géopoétique,elle « cherche  un langage qui retrouve les accents de ces rencontrespremières. Et pressent que cette poétique, blanche comme les os, puisse ouvrirun nouveau champ de culture, un nouvel espace où se déployer. »[1]

 

Pour Claire Landais, le geste artistiquelui-même, plus encore que toute création, est le temps de veille ouvert à« la confidence de l'univers ».Ce dialogue silencieux est l'acte premier, l'enracinement. En écho à BernardBoisson, photographe et philosophe contemporain de la forêt, elle sait« qu'à l'instant même où nous vivons cette inversion d'attitude,l'opposition séculaire entre l'humain et la nature se dissout. »[2]

[1] , Gallimard, Collection Poésie, 2007

[2] Bernard Boissin, in La forêtprimordiale, éditions Apogée 2008




Quelques lieux où elle a travaillé 


La colline d'Assise en Ombrie a été le lieu de l'écriture de ses premiers haïkus. 

Saint-Guilhem-le-Désert lui a permis de créer un festival« troubadours d'Orient et d'Occident » et la publication d'un livre en co-écriture  « Le val aventureux »
 
Daulachina à la frontière entre l'Inde et la Chine a été le lieu source de l'écriture et la publication d'un journal de voyage « Au Pays du froid chaud ».

Trois mois passés dans un cabanon à Dieulefit lui a permis d'écrire un recueil de poèmes « Avec ma bougie, j'attends la lune ».

L'île d'Inishmore dans la baie de Galway a accompagné la création d'un spectacle de récits de vie « Le rire des oiseaux blancs » et permet chaque année à des artistes de découvrir un processus de création enraciné dans cycle de la nature.

A Montreuil près de Paris, elle expérimente la cuisson au bois de bols en argile trouvé sur place.

Au Japon, près de Tokyo, elle a rencontré un "Trésor National Vivant", maître de la teinture à l'indigo. Il lui a transmis les bases de cet art et de la vie dans l'ancien Japon.

Au retour d'un long séjour au Bengale et au Bengladesh, elle a dessiné sur des centaines d'enveloppes au crayon et pastel rouge ; quelques années plus tard, un journal de voyage est paru « Il ne faut pas rêver en Inde ».

Au Musée Guimet une nuit du silence lui a permis de sentir la puissance de la relation qu'il était possible de vivre près de certaines oeuvres et de chuchoter aux visiteurs des haïkus écrit dans l'instant.


Son Processus de création 
Explorer-veiller-capter-créer

« Vivant sur un territoire particulier à un moment choisi, je suis d'abord touchée dans ma dimension sensible,à travers les formes, les matières, les couleurs, les sons, les odeurs. J'éprouve le vent, je contemple un rocher, je marche... Je regarde le paysage comme un corps, comme un miroir, un reflet, un être vivant à sa manière. Je guette le jaillissement d'une connivence, d'une reconnaissance.

Puis s'ouvre une écoute intérieure plus vaste, je vis un espace de relation dans une dimension imaginaire et symbolique. Je perçois les murmures d'un mégalithe, j'écoute une galaxie... Je nourris cet accordage par ma présence. Je crée une circulation par des langages comme le silence, le rêve, des images intérieures, l'imitation de sons naturels que j'entends sur le lieu, le chant,la parole improvisée, des rituels poétiques, la louange, l'invocation... Je note les modifications sur le lieu et en moi. Je veille dans la forge de l'imaginaire, je capte ce qui fonde le lieu et me traverse. 

Je tisse enfin toutes ces  résonances à la matière pour saluer le lieu et créer à travers mes œuvres une invitation à l'ouverture et au partage de mes recherches. »


 


                     
                     
           
                     
  HUMANENCE   LE MOUVEMENT   REJOIGNEZ-NOUS   INFORMATIONS   CONTACT  
                     
  Texte racine
Partenariat
  Actualités
Artistes
  Faire un don   Mentions légales
GCU
  Nous contacter

HUMANENCE
2, rue Pierre Blanc
69001 LYON - France
 
                     
 
';