Claire LANDAIS
 
Espace d'echanges et de soutien aux artistes au service de la liberte de l'artiste.
Humanence
Pour faire un don et soutenir cet Artiste   cliquez ici.  

BIOGRAPHIE



VEILLEUSE DE LIEUX


  Veiller cette multitude de présences qui palpitent à la lisière des mondes...


 Me glissant entre terre et mer
 j'écoute le chant
 du grand peuple des silencieux


Claire Landais aime s'aventurer sur des lieux, des îles, des grottes, des volcans, des architectures anciennes,des musées, des laboratoires scientifiques... Aller vers l'inconnu. Elle prend le temps d'éprouver une terre. Elle vit sur place, rencontre une cascade, veille une plante, salue un habitant... Elle recueille, derrière les formes,les murmures des éléments, les mémoires et l'imaginaire des mondes. 


L'archaïque, les fulgurances, les impressions directes animent ses créations. Elle tisse les mots parlés, écrits, les contes, façonne l'argile et les matériaux ramassés sur place, Elle s'accompagne du feu et du vent, afin de faire résonner dans ses œuvres son expérience et les confidences de ce qui l'entoure. Son travail prend forme dans des traces, des installations, l'édition, des expositions, des spectacles.


Dans l'élan de son travail, Claire Landais réunit différents publics pour partager ses explorations en ateliers ou en conférences. Elle entraîne quelques passionnés dans la nature à la rencontre de leur processus créatif, vers la forge de l'imaginaire.

A la lisière des sciences et des anciennes traditions, ses recherches ont pour fondement l'écoute et la conscience sensible du monde vivant. Elles sont une invitation à se relier et à se revivifier dans l'infinie complexité de la matière de  l'univers.

 Couchée sur la falaise
 un vieux dragon de pierre
 me conte l'origine


Quelques lieux où elle a travaillé 


La colline d'Assise en Ombrie a été le lieu de l'écriture de ses premiers haïkus. 

Saint-Guilhem-le-Désert lui a permis de créer un festival« troubadours d'Orient et d'Occident » et la publication d'un livre en co-écriture  « Le val aventureux »
 
Daulachina à la frontière entre l'Inde et la Chine a été le lieu source de l'écriture et la publication d'un journal de voyage « Au Pays du froid chaud ».

Trois mois passés dans un cabanon à Dieulefit lui a permis d'écrire un recueil de poèmes « Avec ma bougie, j'attends la lune ».

L'île d'Inishmore dans la baie de Galway a accompagné la création d'un spectacle de récits de vie « Le rire des oiseaux blancs » et permet chaque année à des artistes de découvrir un processus de création enraciné dans cycle de la nature.

A Montreuil près de Paris, elle expérimente la cuisson au bois de bols en argile trouvé sur place.

Au Japon, près de Tokyo, elle a rencontré un "Trésor National Vivant", maître de la teinture à l'indigo. Il lui a transmis les bases de cet art et de la vie dans l'ancien Japon.

Au retour d'un long séjour au Bengale et au Bengladesh, elle a dessiné sur des centaines d'enveloppes au crayon et pastel rouge ; quelques années plus tard, un journal de voyage est paru « Il ne faut pas rêver en Inde ».

Au Musée Guimet une nuit du silence lui a permis de sentir la puissance de la relation qu'il était possible de vivre près de certaines oeuvres et de chuchoter aux visiteurs des haïkus écrit dans l'instant.


Son Processus de création 
Explorer-veiller-capter-créer

« Vivant sur un territoire particulier à un moment choisi, je suis d'abord touchée dans ma dimension sensible,à travers les formes, les matières, les couleurs, les sons, les odeurs. J'éprouve le vent, je contemple un rocher, je marche... Je regarde le paysage comme un corps, comme un miroir, un reflet, un être vivant à sa manière. Je guette le jaillissement d'une connivence, d'une reconnaissance.

Puis s'ouvre une écoute intérieure plus vaste, je vis un espace de relation dans une dimension imaginaire et symbolique. Je perçois les murmures d'un mégalithe, j'écoute une galaxie... Je nourris cet accordage par ma présence. Je crée une circulation par des langages comme le silence, le rêve, des images intérieures, l'imitation de sons naturels que j'entends sur le lieu, le chant,la parole improvisée, des rituels poétiques, la louange, l'invocation... Je note les modifications sur le lieu et en moi. Je veille dans la forge de l'imaginaire, je capte ce qui fonde le lieu et me traverse. 

Je tisse enfin toutes ces  résonances à la matière pour saluer le lieu et créer à travers mes œuvres une invitation à l'ouverture et au partage de mes recherches. »


 


 
Ils nous ont rejoint
 
                     
                     
           
                     
  HUMANENCE   ACTUALITÉS   REJOIGNEZ-NOUS   INFORMATIONS   CONTACT  
                     
  Textes essentiels
Le mouvement
Mécénat
  Evènements
Artites
  Faire un don   Mentions légales
GCU
  Nous contacter

HUMANENCE
2, rue Pierre Blanc
69001 LYON - France
 
                     
 
';