mayaura
 
Espace d'echanges et de soutien aux artistes au service de la liberte de l'artiste.
Humanence
Pour faire un don et soutenir cet Artiste   cliquez ici.  

BIOGRAPHIE

ET TOILES ENCORE

 
A regarder le travail de Mayaura sur quelques décennies, on voit un même motif fluctuant modulé par une course à la lumière, au soleil presque. Nuancier chromatique qui se chauffe à l'astre, aux éléments et qui se frotte aujourd'hui au corps, l'esquisse mais ne l'exhibe pas, avec une main délivrée de la pesanteur, oú la couleur devient moins massive et la lumière plus filtrée. Ce qui est peint, ce ne sont pas chairs représentées mais des silhouettes mangées par l'espace de la toile. Des contours comme la trace de l'artiste à l'oeuvre car le regard ne se concentre pas sur les formes dansées mais sur le geste créateur, sur l'énergie en acte dont le tableau est la trace. Dans ce tracé, parfois nerveux, où disparaît l'image, apparaît effectivement un corps mais c’est celui de la peintre à l'œuvre. La palette chromatique prend une rythmique plus musicale et inscrit dans l'espace pictural une abolition de la distance entre le monde sensible et l'être qui peint. Quelque chose advient au moment précis où ça se dérobe comme une peinture du dévoilement toujours repoussé ou bien plutôt comme une toile qui n'a rien à dévoiler parce que tout est là, pas en surface, mais simplement là, à sa place. On n'y décèle ni conceptualisme essoufflé ni secret de figuration mais une conversion constante du regard qui s'évade du chaos et du charabia pour (re)prendre les chemins de l'humain. Et à bien regarder l'oeuvre sur ce long temps de création, ce qu'on y perçoit de plus en plus, c'est une gradation temporelle : la peinture se mesure au temps qui passe, à ce qui demeure, à ce qui s'efface. Détramage du temps, dédramatisation de son cours par la valeur sélective de la couleur, le caractère distinctif de la forme et la combinaison d'éléments simples (hachures, stries, courbes). Mais ce qui frappe face à un tel parcours qui se déploie, ce n'est pas là oú Mayaura excelle (la couleur, la lumière qu’on dirait d’intérieur) mais là où elle découvre, plus précisément, là où elle est près de découvrir. La tension qui imprime ses dernières oeuvres relève d'une volonté de figurer l’énergie créatrice au plus près de son surgissement, d’un mouvement de l’extérieur vers l’intérieur pour mieux s’accorder au monde et témoigner aussi de moments d’expérience qu’on peut nommer peinture, vie et toiles encore et souffles.
 
 
Mayaura Malvy-Mills est née en 1954 à Hirson en France. De 1975 à 1980, elle étudie avec Henri Goetz et aux Beaux-arts de Paris. En 1981, elle s’installe en Inde du sud à Auroville ( cité utopique internationale). Depuis 2004, elle vit et travaille à Paris. Elle expose dans le monde entier, notamment en Inde, en Europe et aux Etats-Unis.
 
Ils nous ont rejoint
 
                     
                     
           
                     
  HUMANENCE   ACTUALITÉS   REJOIGNEZ-NOUS   INFORMATIONS   CONTACT  
                     
  Textes essentiels
Le mouvement
Mécénat
  Evènements
Artites
  Faire un don   Mentions légales
GCU
  Nous contacter

HUMANENCE
2, rue Pierre Blanc
69001 LYON - France
 
                     
 
';